FAUT IL CONTINUER D’ACCUEILLIR